Les monolithes
La cité engloutie
Les disparitions mystérieuses
Écrasement d'O.V.N.I au Nouveau-Mexique
Pourquoi est-il mort aussi jeune ?
Les origines du labyrinthe
Qui était vraiment Jack ?
Le vaisseau fantôme de l'Atlantique
Eustache Dauger
Les raisons de sa disparition
Pyramide de Kheops
Quel secrets cache la grande pyramide ?
Ont-ils réellement exister ?
L'assassinat mediatisé du président
Le monstre du lagon écossait
Pécheresse dénigrée par l’Église
Les prophéties de Michel de Nostradame
La plus ancienne civilisation de Méso-Amérique
Le point le plus isolé du globe
Le déclin rapide de l'empire Maya
La zone militaire la plus secrète et isolée
Le Prince des Ténèbres
La Cité Perdue
Guardiens du Secret
Trois Caravelles En Route Vers Les Indes
La Saga Éternelle
La Fabuleuse Contrée De L'Or
Les Livres Écrits Par Les Dieux
Une Quête Sans Fin
La Sources des Arcanes
Les Extraterrestres Sont Parmi Nous
L'Abominable Homme Des Neiges
Le Suceur de Chèvres
La Théorie Du Complot
La Mythologie Et Le Symbolisme
Et La Légende De Sherwood
Grimoire et rituels
Le Livre Des Lois Des Morts
La Chute Des Anges
Spiritisme et Fantômes
Fantômes et Maisons Hantées
Lycanthropie
Exorcisme Des Démons Par Un Shaman
Y a-t-il de la vie ?
Le Sixième Sens Des Gens
Une Simple Question De Foi ?
Le Prométhée Moderne
À Quoi Ressemblait-Il ?
Le Chant Meurtrier Des Femmes Poissons
Une Ville à l'Image du Cosmos
Le Mystère de la Fortune de l'Abbé Saunière
Le Génie Qui Imagina l'Avenir
Le Peuple du Dieu Amma
A t elle existé ?
La Légende du Sasquatch
Le Plus Grand Scandale Politique des États Unis
Le Don De Prédire Le Future
Les Marques du Christ
Il Est Vivant !
N'Appartiennent Elles Qu'Aux Contes ?
Qui Était Il ?
Vaudou et Golem - Un Mythe ?
Élite Spirituelle des Celtes
Un Monument Qui Défie Le Temps
Le Déluge Universel
Phénomène d'Illusion de Souvenir
Les Trous Noirs Sont Des Brèches Temporels ?
L'Enfant Qui Venait de Nulle Part
La Colonie Perdue
A t'elle Ressuscité ?
Adepte Pratique et Méditant du Yoga
Origine Des Malheurs
Aura Et Champ De Force Émotionelle
Une Ville Creusée Dans La Roche
Le Continent Perdu
Un Site De Légende
Les Rouleaux De La Mer Morte
La Fureur de Construire
Un Lieu Céleste et Sacré
Monolithe d'Uluru
Juste Un Mythe ?
Morte Dans Un Tragique Accident ?
La Ville Magique
Explosion Mystérieuse En Sibérie
La Signification Du Subconscient
La Route Sans Gravité
500 Kilomètres De Géoglyphes
Les Astres Dictent Notre Destin ?
De Qui Descendons Nous ?
Magnétisme Animal - Fiction ou Réalité ?
Le Livre Qui Alluma Les Bûchers
Empoisonné à l'Arsenic ?
A t'elle eu lieu ?
Qu'Est Devenue La Belle Reine d'Égypte ?
Un Royaume Sans Hommes ?
Ogre ou Barbe Bleue ?
Qui Est l'Auteur Des Textes Sacrées ?
Le Führer Sous l'Influence Des Sociétés Secrètes ?
Auteur De l'Iliade Et De l'Odyssée ?
Assassiné Par Ses Femmes ?
Tueur En Série Du XVIIIe Siècle ?
Ou Se Trouve Il ?
Une Prémonition 14 Ans Plus Tôt ?
Des Signes Prémonitoires Auraient Annoncés Sa Mort ?
Apparitions Ou Hallucinations Dans La Grotte ?
L'Amérique ?
Sait On Ou Il Se Trouve ?
PUBLICITÉ

Origine De L'Homme - De Qui Descendons Nous ?

Origine de l'Homme

Tout le monde a en tête ces dessins montrant un singe qui se redresse petit à petit pour se transformer en homme. On sait aujourd’hui que cette idée d’une évolution en droite ligne menant à l’homme moderne ne correspond pas du tout à la réalité : plus les découvertes se succèdent et plus nos ancêtres se diversifient et se multiplient.

PUBLICITÉ

Un aïeul qui ne fait pas honneur

Tout commence en 1856 par la découverte d’un morceau de crâne d’aspect très étrange dans une grotte de la vallée de Neander, près de Düsseldorf en Allemagne. Les commentaires les plus fantaisistes se succèdent. Franz Carl Mayer, éminent professeur d’anatomie à l’Université de Bonn conclut : “Ce pourrait être un cosaque de l’armée du général Tchernitcheff qui a campé dans le voisinage avant de traverser le Rhin le 14 janvier 1814. Ces os seraient ceux d’un déserteur qui se serait caché et serait mort là.” Les scientifiques d’alors ne peuvent en effet admettre que ce crâne, avec son front fuyant, ses arcades susorbitaires proéminentes soit celui de notre ancêtre ! À l’époque, si l’on commence à admettre l’idée qu’il y a eu des hommes avant Adam, on ne peut les envisager que beaux et bien formés. La multiplication, dans les décennies suivantes, des découvertes de restes d’hommes de Neandertal, prouve qu’il s’agit pourtant d’un type humain répandu et non d’un individu isolé et dégénéré. Heureusement la mise au jour en 1868, d’une homme fossile, dans l’abri sous roche de Cro-Magnon, en Dordogne, rassure tout le monde : Cro-Magnon présente une haute stature et un front presque vertical. Enfin un ancêtre convenable. Mais quel statut donner alors à la race néandertalienne? Et surtout comment s’est écrit notre histoire?

Un singe pour ancêtre ?

Dans l’Origine des Espèces (1859), Darwin démontre que les espèces évoluent au cours du temps par un processus de sélection naturelle. Mais ce n’est qu’en 1871, dans la Descendance de l’Homme et la Sélection sexuelle, qu’il ose appliquer sa théorie à l’espèce humaine. Selon lui, l’évolution nous rattacherait aux singes, dont nous serions les descendants. Cette thèse fait bien sûr scandale. Une deuxième découverte survenue en 1891 vient cependant conforter cette thèse. À Java, Eugène Dubois, jeune médecin militaire hollandais et lecteur enthousiaste de Darwin, met au jour une calotte crânienne, puis un fémur qu’il identifie comme d’origine humaines et qu’il baptise Pithécanthrope (ces restes sont aujourd’hui attribués à Homo erectus). Il pense avoir découvert le chaînon manquant, “la forme de transition qui, selon les lois de l’évolution, doit avoir existé entre l’Homme et les anthropoïdes.” Comme l’homme de Neandertal, l’homo erectus se heurte au scepticisme des savants. L’un d’eux estime qu’il “représente une forme amplifiée, géante, du singe”… Mais là encore, d’autres découvertes à Java et en Chine (l’homme de Pékin) viennent confirmer les théories de Dubois. L’homme vient de se trouver des ancêtres bien plus lointains que Cro-Magnon, puisque l’homo erectus est daté d’un million d’années.

Le premier Australopithèque

En 1924, un jeune professeur d’anatomie d’origine australienne travaillant à Johannesburg (Afrique du Sud), Raymond Dart, demande à un de ses collègues géologue de se rendre dans les carrières de calcaires de Taung, au nord de Kimberley (ville célèbre pour ses mines de diamants) pour ramasser quelques blocs à la recherche de fossiles. Quelle n’est pas la surprise du géologue de voir, sur le bureau du chef de chantier un petit crâne. L’homme lui répond qu’il s’agit probablement d’un Bushman et l’offre à son visiteur qui le rapporte à Dart. Bien que le crâne soit celui d’un enfant âgé de six ans environ, celui-ci pressent immédiatement l’importance de la découverte et déclare dans la revue Nature avoir trouvé un nouvel ancêtre : L’Australopithèque. La petitesse de la boîte crânienne, qui laisse supposer un cerveau peu important, tout autant que le lieu de la découverte, l’Afrique, heurtent la communauté scientifique, qui classe l’Australopithèque parmi les singes. Dart part à Londres convaincre ses détracteurs. Mais il oublie son fossile dans un taxi et il faut toute l’habileté de Scotland Yard, pour retrouver le précieux crâne, emballé dans du papier journal, chez le chauffeur londonien, très intrigué par cet objet…

PUBLICITÉ

Parents mais pas descendants

Depuis les années soixante, sous l’impulsion notamment d’une étonnante dynastie de paléontologues d’origine anglaise, les Leakey (Louis et sa femme Mary, puis leur fils Richard et leur belle-fille Meave), ainsi que du Français Yves Coppens, qui met au jour le squelette de la célèbre Lucy, l’histoire naturelle de l’homme a fait des progrès gigantesques. Ainsi l’âge de l’homme lui-même (le genre Homo) a-t-il été repoussé à plus de 2,5 millions d’années. Et ses origines s’enracinent de plus en plus profondément dans celles du monde animal…

Si bien des incertitudes demeurent quant aux filiations précises depuis les hominidés jusqu’à l’homme moderne, plusieurs points semblent désormais acquis. Aujourd’hui, on place les grands singes africains (gorilles et chimpanzés), les australopithèques, les hommes et leurs ancêtres dans la même famille zoologique, celle des hominidés. Parenté mais pas filiation. Autrement dit nous ne descendons pas des grands singes africains, mais nous avons des ancêtres communs.

Lucy ou “little foot” ?

La célèbre Lucy (Australopithecus afarensis), découverte en 1974 en Éthiopie, n’est plus considérée comme “notre” ancêtre. Cette “cousine” éloignée, âgée de 3,2 millions d’années, conserve en effet de nettes aptitudes à la vie dans les arbres. Des empreintes de pas de 3,8 millions d’années découvertes en Tanzanie en 1978, appartiendraient à une autre espèce, qui serait le véritable ancêtre du genre Homo. Le squelette très bien conservé d’un “australopithèque” daté de 3,3 millions d’années et découvert en 1993 en Afrique du Sud, chez lequel la morphologie du pied est beaucoup plus moderne que celui de Lucy (d’où son surnom de “Little foot”), renforce cette hypothèse. Les plus anciens outils, datés de -2,8 millions d’années (vallée de l’Omo, Éthiopie) sont peut-être aussi attribuables à l’un de ces “pré-Homo”.

L’Afrique, berceau de l’humanité ?

Les découvertes les plus récentes confirment l’origine africaine de l’homme. C’est en Afrique orientale, il y a quelque 25 millions d’années, que s’opère tout d’abord la séparation des “Petits Singes”, lointains ancêtres des macaques et autres babouins, et des “Grands Singes”, auquel nous appartenons au même titre que le gorille, le chimpanzé et l’orangoutan.

PUBLICITÉ

Les singes à l’ouest, les australopithèques à l’est

Beaucoup plus tard, il y a 8 millions d’années, une grande fracture de l’écorce terrestre, qui forment aujourd’hui les vallées du Rift de l’est africain, entraînent l’élévation des hauts plateaux d’Afrique orientale, créant ainsi une barrière bloquant l’arrivée des pluies venant de l’ouest. Cette barrière climatique est la cause de la divergence entre la lignée de l’homme et celle des grands singes africains actuels, entre -7,5 et -5 millions d’années : dans l’ouest africain, les ancêtres des chimpanzés et des gorilles vivent dans la forêt tropicale, tandis qu’à l’est du Rift, de l’Éthiopie à l’Afrique du Sud, les primates doivent s’adapter à un environnement de savanes arborées sèches, et donnent naissance aux australopithèques. Ce scénario dit de l’”East Side Story”, proposé par Coppens en 1983, est désormais classique.

“Millenium ancestor” et “Tumai”

Malheureusement, les restes fossiles de cette période, cruciale pour l’histoire de l’homme ont longtemps consisté en tout et pour tout en un minuscule fragment de mandibule et une dent. Mais deux découvertes sensationnelles ont récemment changé la donne. En 2000 c’est d’abord, au Kenya, celle d’Orrorin tugenensis (baptisé “Millenium ancestor” par la presse), un hominidé âgé de 6 millions d’années. Surprise : il montre déjà de nettes prédispositions à la locomotion redressée, ce qui suggère que la bipédie est apparue bien plus tôt qu’on ne le pensait. Puis en 2002, on annonce la découverte, au Tchad cette fois, d’un crâne d’hominidé vieux de 7 millions d’années ! Baptisé “Tumai” (Sahelanthropus pour les spécialistes), ce spécimen montre un mélange de caractères de gorille et d’humain.

Une multitude de lignées

Le plus ancien australopithèque connu, Australopithecus anamensis, découvert au Kenya en 1994, est âgé d’un peu plus de 4 millions d’années. Bien qu’encore très primitif, il semble indiscutablement engagé sur la lignée de l’homme. Kenyanthropus, découvert en 1999 (âge estimé : 3,5 millions d’années) a une face aplatie et des dents très humaines. Il représente aujourd’hui un candidat sérieux au titre d’ancêtre direct du genre humain (Homo). Entre -3 millions et -1 million d’années, la famille des hominidés connaît un véritable foisonnement d’espèces. On compte ainsi pas moins de 5 espèces d’australopithèques et 3 ou 4 espèces d’Homo. Chez les australopithèques, certains conservent une alimentation plutôt végétarienne et une morphologie gracile, tandis que d’autres retournent à un régime de racines et de tubercules, ce qui nécessite de très puissantes mâchoires et de larges molaires. Ces australopithèques “robustes” seront les derniers survivants du groupe : ils s’éteignent il y a 1 million d’années.

PUBLICITÉ

Les premiers hommes

Les premiers humains (du genre Homo) apparaissent vers -2,5 millions d’années avec Homo habilis (en Afrique de l’Est et en Afrique du Sud) et Homo rudolfensis (en Tanzanie). Petits (1,50m tout au plus), ils se distinguent des Australopithèques par une locomotion bipède permanente, une denture omnivore à tendance carnivore plus marquée, et une capacité crânienne plus importante. Ils taillent des outils (galets aménagés). Plus récent, Homo ergaster (-1,6 million d’années), connu par un squelette découvert à l’ouest du lac Turkana, est beaucoup plus moderne, et nettement plus grand (près d’un mètre quatre-vingts !). En 2000, la découverte de deux crânes d’hominidés vieux d’1,8 millions d’années en Géorgie a confirmé que Homo s’était déployé très tôt sur le continent africain puis hors d’Afrique.

De l’Homo erectus à l’Homo sapiens

Homo erectus est bien connu par des fossiles en Afrique, en Europe et en Asie jusqu’à Java, entre -1,5 million d’années et -200 000 ans. C’est à l’Homo erectus de Chine qu’on attribue la maîtrise du feu, il y a quelque 500 000 ans.

Entre -250 000 et -100 000 ans se différencie “notre” espèce Homo sapiens, mais ses origines sont extrêmement discutées. Toutefois, les dernières découvertes semblent indiquer que le berceau d’Homo sapiens se situerait en Afrique du Sud. L’Europe étant plus ou moins isolée à cette époque, la souche d’Homo locale, l’”homme de Tautavel” par exemple, aurait évolué vers les néandertaliens, considérés parfois comme une espèce distincte de la nôtre (Homo neandertalensis).

Il y a 40 000 ans, des Homo sapiens de type moderne, ceux des Eyzies par exemple, sont arrivés du Proche-Orient en Europe, tandis que les derniers néandertaliens s’éteignaient en Espagne 10 000 ans plus tard. L’homme “moderne” était “né”.

PUBLICITÉ