Les monolithes
La cité engloutie
Les disparitions mystérieuses
Écrasement d'O.V.N.I au Nouveau-Mexique
Pourquoi est-il mort aussi jeune ?
Les origines du labyrinthe
Qui était vraiment Jack ?
Le vaisseau fantôme de l'Atlantique
Eustache Dauger
Les raisons de sa disparition
Pyramide de Kheops
Quel secrets cache la grande pyramide ?
Ont-ils réellement exister ?
L'assassinat mediatisé du président
Le monstre du lagon écossait
Pécheresse dénigrée par l’Église
Les prophéties de Michel de Nostradame
La plus ancienne civilisation de Méso-Amérique
Le point le plus isolé du globe
Le déclin rapide de l'empire Maya
La zone militaire la plus secrète et isolée
Le Prince des Ténèbres
La Cité Perdue
Guardiens du Secret
Trois Caravelles En Route Vers Les Indes
La Saga Éternelle
La Fabuleuse Contrée De L'Or
Les Livres Écrits Par Les Dieux
Une Quête Sans Fin
La Sources des Arcanes
Les Extraterrestres Sont Parmi Nous
L'Abominable Homme Des Neiges
Le Suceur de Chèvres
La Théorie Du Complot
La Mythologie Et Le Symbolisme
Et La Légende De Sherwood
Grimoire et rituels
Le Livre Des Lois Des Morts
La Chute Des Anges
Spiritisme et Fantômes
Fantômes et Maisons Hantées
Lycanthropie
Exorcisme Des Démons Par Un Shaman
Y a-t-il de la vie ?
Le Sixième Sens Des Gens
Une Simple Question De Foi ?
Le Prométhée Moderne
À Quoi Ressemblait-Il ?
Le Chant Meurtrier Des Femmes Poissons
Une Ville à l'Image du Cosmos
Le Mystère de la Fortune de l'Abbé Saunière
Le Génie Qui Imagina l'Avenir
Le Peuple du Dieu Amma
A t elle existé ?
La Légende du Sasquatch
Le Plus Grand Scandale Politique des États Unis
Le Don De Prédire Le Future
Les Marques du Christ
Il Est Vivant !
N'Appartiennent Elles Qu'Aux Contes ?
Qui Était Il ?
Vaudou et Golem - Un Mythe ?
Élite Spirituelle des Celtes
Un Monument Qui Défie Le Temps
Le Déluge Universel
Phénomène d'Illusion de Souvenir
Les Trous Noirs Sont Des Brèches Temporels ?
L'Enfant Qui Venait de Nulle Part
La Colonie Perdue
A t'elle Ressuscité ?
Adepte Pratique et Méditant du Yoga
Origine Des Malheurs
Aura Et Champ De Force Émotionelle
Une Ville Creusée Dans La Roche
Le Continent Perdu
Un Site De Légende
Les Rouleaux De La Mer Morte
La Fureur de Construire
Un Lieu Céleste et Sacré
Monolithe d'Uluru
Juste Un Mythe ?
Morte Dans Un Tragique Accident ?
La Ville Magique
Explosion Mystérieuse En Sibérie
La Signification Du Subconscient
La Route Sans Gravité
500 Kilomètres De Géoglyphes
Les Astres Dictent Notre Destin ?
De Qui Descendons Nous ?
Magnétisme Animal - Fiction ou Réalité ?
Le Livre Qui Alluma Les Bûchers
Empoisonné à l'Arsenic ?
A t'elle eu lieu ?
Qu'Est Devenue La Belle Reine d'Égypte ?
Un Royaume Sans Hommes ?
Ogre ou Barbe Bleue ?
Qui Est l'Auteur Des Textes Sacrées ?
Le Führer Sous l'Influence Des Sociétés Secrètes ?
Auteur De l'Iliade Et De l'Odyssée ?
Assassiné Par Ses Femmes ?
Tueur En Série Du XVIIIe Siècle ?
Ou Se Trouve Il ?
Une Prémonition 14 Ans Plus Tôt ?
Des Signes Prémonitoires Auraient Annoncés Sa Mort ?
Apparitions Ou Hallucinations Dans La Grotte ?
L'Amérique ?
Sait On Ou Il Se Trouve ?
PUBLICITÉ

Kaspar Hauser - L'Enfant Qui Venait de Nulle Part

Kaspar Hauser

Le lundi 26 mai 1828, un jeune homme à l’air épuisé fait son apparition dans les rues de Nuremberg. Il est bien bâti mais pauvrement vêtu et il marche avec une étrange raideur. Il tient une lettre adressée au capitaine du 4e escadron du 6e régiment de chevau-légers. Conduit à la caserne, le garçon semble incapable de répondre aux questions, il n’émet que de curieux grognements. Lorsque la capitaine Wessenig arrive un peu plus tard, la caserne est en effervescence. Nul ne comprend rien à l’étrange visiteur : il a essayé de toucher la flamme d’un bougie, et hurlé de douleur quand la flamme lui a brûlé les doigts ; lorsqu’on lui a proposé de la bière et de la viande, il les a regardées dans comprendre, mais il s’est jeté voracement sur un morceau de pain noir et de l’eau. Les seuls mots qu’il semble capable de prononcer sont Weis nicht (“sais pas”). Quand on lui demande son nom, il griffonne : “Kaspar Hauser”.

PUBLICITÉ

“Ils ne m’ont pas trouvé malin”

La lettre disait ceci : “Mon capitaine, je vous envoie ce garçon qui veut servir dans l’armée du roi. Il m’a été confié le 7 octobre 1812. Depuis, je ne l’ai jamais laissé sortir de la maison. Je ne suis qu’un pauvre laboureur et j’ai mes propres enfants à élever.” Elle n’était pas signée. Les cavaliers bouclèrent le garçon dans une cellule. Il tint assis pendant des heures sans bouger, apparemment satisfait de son sort ; il semblait n’avoir aucune notion du temps, et ne savait que répéter qu’il voulait devenir Reiter (cavalier) comme son père – une phrase manifestement apprise par coeur. Il nommait “cheval” tous les animaux qu’il voyait ; lorsqu’un visiteur – car une foule de curieux défilait pour le voir – lui offrit un petit cheval en bois, il l’orna de ruban et prétendit le nourrir à chaque repas. Il semblait ignorer la différence entre les sexes et désignait les hommes comme les femmes par le mot Jungen (garçon).

Des sens surdéveloppés

Les sens de Kaspar étaient d’une acuité déconcertante. La seule présence de café ou de bière dans la pièce le faisait vomir, la vue ou l’odeur de la viande lui donnaient la nausée. L’arôme de vin suffisait à le saouler, une goutte de cognac dans son eau le rendait malade. Son acuité visuelle et auditive était anormalement développée : il voyait dans l’obscurité (il se révéla plus tard capable de lire dans une pièce complètement noire). Il ressentait les champs magnétiques et pouvait déterminer leur polarité. Il savait identifier différents métaux en promenant ses mains au-dessus d’eux, même s’ils étaient recouverts d’une étoffe.

Au début, Kaspar Hauser semblait intellectuellement demeuré. Mais l’attention que lui portaient ses visiteurs semblait l’éveiller de jour en jour – exactement comme un petit enfant qui apprend par l’expérience. Son vocabulaire s’enrichit, sa gaucherie s’estompa. Il apprit à manier des ciseaux, un crayon, des allumettes. Beaucoup avaient été frappés par sa maladresse pataude, son apparence fruste et presque inquiétante ; mais à présent ses traits mêmes s’affinaient, à mesure que son intelligence se développait.

L'histoire de Kaspar Hauser

Apprenant à parler, Kaspar put peu à peu révéler son histoire. Du plus loin qu’il s’en souvenait, il avait toujours vécu dans un petit réduit aux fenêtres obturées par des planches, au plafond si bas qu’il ne pouvait se tenir debout. Il n’y avait pas de lit, juste une paillasse jetée sur le sol. Il ne voyait personne ; il trouvait seulement du pain et de l’eau dans sa cellule chaque matin. Parfois, l’eau avait un goût amer ; s’il la buvait, il plongeait dans un profond sommeil et à son réveil, il s’apercevait que sa paillasse avait été changée, et qu’on lui avait coupé les cheveux et les ongles.

PUBLICITÉ

Il n’avait pour seuls jouets que trois chevaux de bois. Un jour, un homme était entré et lui avait appris à écrire son nom et à répéter les phrases “Je veux être soldat” et “Je ne sais pas”. Enfin, un matin, l’homme l’avait fait sortir de son réduit et l’avait abandonné aux portes de Nuremberg, après lui avoir assuré qu’il aurait un vrai cheval lorsqu’il serait soldat.

Célèbre !

Du jour au lendemain, Kaspar Hauser divint célèbre ; on parlait de lui dans toute l’Allemagne. Cette notoriété devait certainement préoccuper celui qui l’avait libéré ; ses ravisseurs avaient vraisemblablement espéré qu’il disparaîtrait sans histoire dans l’anonymat de l’armée, et que nul n’entendrait jamais parler de lui.

Le conseil municipal décida qu’il devrait être vêtu et nourri aux frais de la ville, et le logea chez le maître d’école Georg Friedrich Daumer. Il fit imprimer des milliers d’appels à témoin, offrant même une récompense pour tout indice qui permettrait de l’identifier. La police ratissa les environs de Nuremberg à la recherche de l’endroit où il avait été enfermé, et qui de toute évidence était proche de la ville. Mais elle ne trouva rien.

Tribulations

C’est alors que quelqu’un tenta de le tuer. Le 7 octobre 1829, on retrouva Kaspar étendu dans la cave de Daumer, blessé à la tête et la chemise déchirée jusqu’à la taille. Il raconta qu’il avait été agressé par un inconnu dont le visage était dissimulé sous un masque de soie. Kaspar Hauser fut relogé dans une autre maison, devant laquelle deux policiers furent postés en permanence. Mais l’intérêt pour son cas tendait à faiblir, et à Nuremberg, certains ne voulaient plus subvenir à ses besoins.

PUBLICITÉ

Un beau jour, Kaspar reçut la visite d’un riche aristocrate anglais, lord Stanhope. La séduction fut immédiate et réciproque. Les deux hommes ne se quittèrent plus. Persuadé que Kaspar Hauser était de haute naissance, Stanhope le présenta entre 1831 et 1833 dans toutes les petites cours d’Europe – mais nul ne s’intéressa à lui.

De retour à Nuremberg en 1833, Stanhope logea son protégé à Ansbach, à 40 km de la ville ; il confia son éducation à un de ses amis, le docteur Johann Meyer, et sa protection à un certain capitaine Hickel. Puis il repartir pour l’Angleterre.

Kaspar était très malheureux à Ansbach. Les leçons du docteur Meyer lui pesaient, il regrettait la joyeuse existence qu’il avait menée avec lord Stanhope. Pour lui, Ansbach ne valait guère mieux que la cellule dans laquelle il avait passé toute sa jeunesse.

La mort de Kaspar Hauser

Le 14 décembre 1833, titubant dans la neige, Kaspar surgit chez Daumer en balbutiant : “L’homme m’a frappé… couteau… Hofgarten… donné une bourse… Vite.” Un médecin appelé d’urgence constata qu’il avait été poignardé. Hickel se précipita dans le Hofgarten, le parc d’où venait Kaspar, et retrouva une bourse de soie qui contenait un billet manuscrit, écrit en mirroir : “Hauser pourra vous dire à quoi je ressemble, qui je suis et d’où je viens… Pour lui épargner cette peine je vous le dirai moi-même. Je viens de… à la frontière bavaroise, au bord de la… Mon nom est M.L.O.”

Mais Kaspar ne put rien révéler quant à l’identité de l’inconnu. Il put dire seulement qu’il avait reçu un message lui donnant rendez-vous dans le parc. Là, un homme vêtu de noir, de grande taille, avec des favoris, lui avait demandé s’il était Kaspar Hauser, puis lui avait tendu la bourse. Au moment où il la prenait, l’homme l’avait poignardé puis s’était enfui.

Mais Hickel révéla un fait troublant : sur la neige du parc, il n’y avait qu’une seule série d’empreintes, celles de Kaspar. Deux jours plus tard, le blessé sombra dans le coma. Ses dernières paroles avaient été : “Ce n’est pas moi qui l’ai fait.” Il expira quelques jours avant Noël.

Qui était Kaspar Hauser ?

PUBLICITÉ

Le criminaliste Anselm von Feuerbach, qui avait examiné Kaspar Hauser, était parvenu à la conclusion qu’il devait être de sang royal. Selon une hypothèse souvent avancée, il serait le fils du grand-duc Charles de Bade : la belle-mère de Charles, la comtesse von Hochberg, aurait fait enlever le seul héritier mâle du grand-duc pour assurer le trône à son propre fils. Il est cependant beaucoup plus probable que Kaspar était l’enfant illégitime d’une fille de notable, qui aurait dissimulé son existence de peur du scandale. Mais dans ce cas, qui était l’auteur des agressions? Il se peut en fait qu’elles n’aient jamais eu lieu. Dès la première attaque dans la cave de Daumer, le bruit avait couru que Kaspar s’était blessé lui-même.

Lors de la seconde, on ne parlait plus guère de lui, et il en était profondément malheureux. Lorsque Kaspar Hauser était brusquement passé de l’obscurité à la célébrité, il avait dix-sept ans, mais du point de vue du développement mental et affectif, c’était un petit garçon de deux ans. Par ailleurs, certains aspects de son histoire sont peu crédibles. Pourquoi l’homme masqué se serait-il caché dans la cave de Daumer, pour ne lui assener au final qu’un coup de bâton sur la tête? Le fait que Hickel n’ait trouvé sur la neige, lors de la seconde agression, que les seules marques de pas de Kaspar paraît concluant. Et pourquoi le mystérieux billet était-il écrit à rebours? Ne serait-ce pas parce que Kaspar l’aurait tracé de la main gauche, en s’aidant d’un miroir, pour déguiser son écriture? Un vrai tueur n’aurait laissé aucun message.

L’hypothèse la plus probable, c’est que Kaspar Hauser, profondément malheureux, se serait blessé lui-même pour attirer l’attention. Si c’est le cas, il a fini par obtenir ce qu’il recherchait : la compassion universelle, et une place dans l’histoire.

PUBLICITÉ